Lolut

Les actions du Club Lolut pour le Libre à l'UTBM
par Thomas Petazzoni

Présentation

Cette page récapitule l'ensemble des réactions et des actions menées suite à la publication du manifeste De l'utilisation des logiciels propriétaires dans l'enseignement public.

Ce manifeste a été écrit par Ludovic Courtès, et signé par plusieurs étudiants de l'UTBM, dans le but de sensibiliser étudiants et enseignants au problème de l'utilisation des logiciels propriétaires dans l'enseignement public. Le manifeste essaie d'expliquer l'intérêt des logiciels libres, et la raison pour laquelle l'enseignement public devrait principalement s'articuler autour de ces logiciels.

Le texte du manifeste est disponible au format Lout, PostScript, PDF, Texte.

Publication

Le manifeste a été publié le lundi 14 octobre 2002 dans le journal étudiant La Bohème, distribué gratuitement aux étudiants de l'UTBM. Le texte a été publié dans le numéro 14, qui est disponible ici et sur le site de la Bohème.. Le texte a été imprimé, puis affiché au sein de l'école à partir du mardi 15 octobre 2002, et a été envoyé par mail à l'ensemble des enseignants ce même jour. Ce même mardi 15 octobre 2002, une dépêche a été publiée sur le site d'information francophone LinuxFr. Vous trouverez cette dépêche, ainsi que les commentaires ici. Une dépêche a aussi été publiée sur le site d'informations de l'association HurdFr. Cette dépêche se trouve ici.

Réactions

La publication du texte a été largement félicitée dans les commentaires de la dépêche sur LinuxFR, mais nous avons aussi reçu différents mails de soutiens de la part d'enseignants de l'UTBM (M. Juan Pablo Gruer, M. Charles Durand, M. Pierre-Alain Weite).

Suite à publication du Livret du Libre au semestre de printemps 2003, M. Plinio Prado a également apporté son soutien à notre action en faveur du Logiciel Libre.

Signatures et liste de logiciels libres

Pendant 2 semaines, à la fin du mois de novembre et au début du mois de décembre 2002, nous avons tenu des permanences dans l'école le midi, afin d'informer les gens sur le logiciel, et de mesurer la quantité de soutien qui etait apportée à notre action.

En 2 semaines de permanence, nous avons pu recueillir 73 signatures, dont une dizaine d'enseignants. Ceci fait relativement peu comparé aux 1500 étudiants de l'UTBM présents sur site ... Les ingénieurs se désintéresseraient-ils des problèmes éthiques ?

Nous étions présents, avec 4 textes, que les personnes pouvaient emporter :

Ces permanences ont permis de discuter avec énormément de gens, et nous nous sommes aperçus que les mêmes remarques et interrogations revenaient souvent :
  • "Si le logiciel libre est gratuit, comment faire de l'argent avec ?". Nous répondions tout d'abord que le logiciel libre n'est pas forcément gratuit, la liberté ne signifie pas forcément gratuité. Nous ajoutions que de toute façon, dans le cadre d'un établissement public, les problèmes de rentabilité des entreprises ne rentraient pas en compte. L'UTBM n'est pas un éditeur de logiciels, et si les logiciels libres existent, cet établissement devrait les utiliser, car ils correspondent aux valeurs de l'enseignement public français. Nous précisions tout de même qu'il est possible de faire de l'argent avec du logiciel libre : cf Mandrake, RedHat. Pour appuyer notre argumentation, nous précisions que seulement 20% des revenus de Oracle provenaient de la vente de licences, les 80% restants de la formation/support/maintenance. Il n'est pas pas impossible de faire de l'argent avec du logiciel libre, même si ce n'est pas sa vocation première.
  • "Il faut apprendre les logiciels qu'on va utiliser dans l'industrie". A cette remarque, nous répondions que la formation d'ingénieur ne doit pas être une formation orientée outils (sauf dans certains domaines très spécifiques), mais une formation orientée concepts. Celà est particulièrement vrai dans le cas de la formation en informatique. Il suffit alors de trouver des logiciels libres mettant en oeuvre les concepts vus en cours. L'ingénieur doit être capable de s'adapter à divers outils, et pourra donc, si besoin est, s'adapter à l'outil (propriétaire ou non) utilisé en entreprise.
  • "Linux, c'est complexe à utiliser". A cette remarque, nous répondions tout d'abord qu'il existe des logiciels libres tournant sur des systèmes propriétaires (on pourra par exemple regarder GNUWin ou Cygwin). Par ailleurs, les systèmes libres ne sont pas forcément si complexes, ils sont simplement différents et demandent un peu d'investissement en temps, pour ensuite devenir nettement plus efficaces. Enfin, dans le cadre d'études en informatique, il semble primordial de maîtriser un système Unix, puisque ceux ci sont très répandus. GNU/Linux est un système d'exploitation libre faisant partie de la famille des Unix, le maîtriser équivaut à maîtriser la plupart des Unix !

De manière générale, le débat dérivait très souvent sur des détails techniques, alors que le coeur du problème est bien éthique et politique.

Du logiciel libre à la création libre, le gauche d'auteur

Nous avons organisé, dans les locaux de l'UTBM, une conférence-débat le jeudi 12 décembre 2002 à 14 heures. Les thèmes abordés furent :

  • Les logiciels libres : philosophie et motivations
  • Etat de l'art dans le domaine logiciel
  • Logiciel libre et enseignement
  • Création Libre, Art Libre
  • Atteintes à la liberté créative (lois, brevets)

L'affiche de la conférence est disponible ici. Les transparents sont disponibles en version Lout, en version PDF, en version PS.

Un court résume, avec des liens était à la disposition des auditeurs, il est disponible en version PDF, en version PS, en version texte.

Encore une fois, cette conférence fut la démonstration que les problèmes éthiques intéressent peu les étudiants en école d'ingénieur : malgré une publicité abondante aussi bien auprès des étudiants que des enseignants, seules 5 personnes sont venues.

Rencontre avec M. Fournier, directeur de l'UTBM

Le mardi 22 janvier 2003, Ludovic Courtès et Thomas Petazzoni ont rencontré M. Fournier, directeur de l'UTBM, en présence de M. Abder Koukam, directeur du département Génie Informatique, et Nicolas Bouillon, étudiant élu au bureau du département Génie Informatique.

L'objectif de la rencontre était d'informer le directeur de l'UTBM, et de connaitre son opinion sur le sujet de l'utilisation de formats ouverts dans l'administration et de l'utilisation de logiciels libres à l'UTBM.

Le directeur de l'UTBM nous a tout d'abord laissé le temps de lui résumer les actions entreprises depuis la publication du manifeste. Nous avons pu rappeler les problèmes posés par l'utilisation de logiciels propriétaires dans l'UTBM, et préciser que l'école devenait au mieux prescripteur d'achat, ou au pire, contraint les étudiants à copier illégalement des logiciels.

Nous avons pu rappeler les différences fondamentales entre le logiciel propriétaire et le logiciel libre, et nous avons pu montrer les avantages éthiques, moraux, puis pratiques et financiers de l'utilisation de logiciels libres.

M. Fournier s'est montré convaincu par ces arguments, et nous propose d'agir auprès des enseignants de Génie Informatique.

Enfin, nous avons pu mettre en avant le problème de l'utilisation des fichiers de formats fermés. Le directeur de l'UTBM prend note de la remarque et étudiera ce point pour voir ce qui peut être fait.

Le compte rendu officiel n'est pas encore disponible, car il n'a pas encore été visé par M. Fournier. Un premier mail a été envoyé à ce sujet à M. Fournier le 12 mai 2003. Sans réponse, nous l'avons relancé par mail le 13 juin 2003.

Une traduction (PS, PDF) de la résolution prise par le Faculty Senate de l'Université de Buffalo aux Etats Unis concernant la prise en charge par l'Université des logiciels et standards ouverts a été réalisée par Ludovic Courtès, puis transmise à M. Fournier, directeur de l'UTBM.

Des résultats

Fort heureusement, nos démarches commencent tout de même à porter leurs fruits :

  • Sur le site du département Génie Informatique, accessible uniquement en interne, on trouve désormais une définition du logiciel libre (avec les quatre libertés), un lien vers la liste de logiciels libres que nous avons écrite, un historique de ce qu'a fait l'équipe technique du Département Génie Informatique pour introduire les logiciels libres à l'UTBM, ainsi qu'un document concernant l'utilisation des formats ouverts, écrit par le Club Lolut. (Voir plus loin).
  • Depuis peu, une salle complète de postes sous Windows a été équipée exclusivement en logiciels libres (mis à part le système d'exploitation) : OpenOffice, TheGimp, etc...
  • Quelques administratifs envoient leurs documents dans des formats ouverts lors des communications avec les étudiants, et les formulaires disponibles sur le site de l'UTBM concernant les stages sont désormais au format RTF.
  • Dans le cadre des unités de valeurs en Génie Informatique, nous avons entamé des démarches auprès des enseignants afin de les sensibiliser au problème de l'utilisation de logiciels propriétaires en leur proposant des solutions alternatives libres. Le tableau en fin de document récapitule l'état d'avancement des démarches (merci à Ludovic Courtès pour la synthése réalisée)

Le problème des formats fermés

Les formats fermés sont un frein à l'utilisation de Logiciels Libres, car il est très difficile de lire des documents dans un format fermé si l'on ne dispose pas du logiciel ayant créé le document. D'autre part, l'utilisateur n'est plus libre de choisir l'outil qui lui convient, alors que l'administration publique est censée garantir l'accès égal à l'information pour tous.

En ce sens :

  • Les membres du Club Lolut répondent régulièrement aux mails qui ont des documents dans des formats fermés en pièces attachées (notamment des documents Microsoft Word et Microsoft Excel).
  • Le document Formats ouverts : pourquoi et comment les utiliser ? a été écrit par Thomas Petazzoni et relu par les membres du Club Lolut, puis envoyé à M. François Beuraud, qui intéréssé l'a publié sur le site du Webgi, accessible en interne de l'UTBM. Nous essaierons à l'avenir de citer ce document dans les mails, et de l'utiliser pour promouvoir l'utilisation de formats ouverts.
  • Le Club Lolut a proposé au CRI (Centre des Ressources Informatiques) de mettre en place une solution technique permettant à tous les étudiants, enseignants et administratifs de l'UTBM de générer de manière simple des fichiers au format PDF à partir de n'importe quel fichier, en utilisant un système d'imprimante virtuelle. Le CRI ne souhaite pas pour l'instant mettre en place ce type de solution, car selon lui, la demande de format PDF n'est pas assez forte.

Démarches entamées auprès des enseignants

Code de l'UV Enseignant Logiciels utilisés Logiciels proposés Etat d'avancement
IN42 Sid Lamrous Utilisation de Macromédia Flash et Macromédia Director Disposer de plus de licences, permettant aux étudiants de réaliser le projet dans l'UTBM, donc sans faire de copies illégales.
MI43 Nicolas Lacaille Microsoft Windows NT sert de base pour développer des pilotes de périphériques en TP. Utiliser le noyau Linux, qui dispose maintenant d'une bonne documentation. Mail envoyé à l'enseignant pour donner des liens vers de la documentation technique concernant la programmation du noyau Linux. Lancement d'une TX au semestre prochain qui devrait permettre de refaire les TPs, en utilisant un noyau Linux.
MI41 Nicolas Lacaille Le logiciel Altera Max Plus 2 est utilisé en Travaux Pratiques pour la réalisation de circuits logiques de manière graphique, ainsi que pour la programmation VHDL et la simulation. TkGate peut éventuellement convenir pour la réalisation de circuits logiques de manière graphique et leur simulation, tandis que Alliance est un compilateur/simulateur VHDL qui pourrait peut être être utilisé. Mail envoyé à M. Nicolas Lacaille, qui prend note des informations, mais n'a pour l'instant rien décidé.
LO41 Alain-Jerome Fougeres Peu voire pas de travail sur les OS à base de micro-noyaux. Utiliser GNU/Hurd, en plus des systèmes Unix classiques. Dès le semestre prochain, des IR vont être proposées sur le thème des OS à base de micro-noyau et pourraient être l'occasion de s'intéresser au Hurd, avec éventuellement la possibilité de créer des TPs là-dessus (eg. écriture de serveurs, etc...).
GL53 Jean-Charles Créput Actuellement, une partie des TPs sont réalisés en utilisant la bibliothèque graphique C++ propriétaire Ilog Views pour concevoir des interfaces graphiques assez simples. Gtk--, Fltk, Qt qui sont des bibliothèques C++ assez bonnes avec un outil de génération d'interfaces graphiques (Glade, KDevelop). Un mail explicatif envoyé au responsable est resté sans réponse.
GL51 Gérard Dubail, Christelle Bloch, Vincent Hilaire Une partie des TPs sont faits avec Microsoft Project Mister Project ou GNU ToutDoux fournissent des fonctionnalités similaires et pourraient a priori remplacer Microsoft Project pour ces TPs. Les profs sont au courant et intéressés mais rien n'est fait.
IA52
IA41
Alain-Jerome Fougères, Jean César Utilisation de l'interpréteur Prolog4 de PrologIA SWI Prolog et GNU Prolog sont deux alternatives viables. Alain-Jerome Fougères est au courant et pense changer "dès que possible". Un mail explicatif envoyé à Jean César est resté sans réponse.
TR52 Pablo Gruer Il est prévu d'utiliser plus tard le noyau temps-réel VxWorks pour certaines séances de TP Utiliser Xenomai qui fournit une API identique à celle de VxWorks. Le prof est au courant (le mail est ici), mais les TPs ne sont pas encore faits.
IN53 Bernard Mignot JBuilder est utilisé pour faire des applications utilisant CORBA De nombreux ORBs libres existent et notamment OmniORB et ORBit. Il faut en parler au prof
GL52 A. Koukam Edition de diagrammes UML avec Rational Rose ArgoUML est un éditeur libre écrit en Java et Dia, à défaut d'être un "vrai" éditeur UML, permet d'éditer des diagrammes UML voire d'en générer (avec le script AutoDia). A Faire
MTxx JN. Martin, J. Bastien Matlab utilisé en TP dans les différentes UVs de maths - Scilab est une alternative libre aux fonctionnalités proches de Matlab. Il existe même un convertisseur de code Matlab vers Scilab, et même si toutes les fonctionnalités de Matlab ne sont pas présentes (notamment la possibilité de faire du calcul formel), Scilab suffit a priori pour la plupart des utilisations faites en TP. Scilab est utilisé pour des UVs de l'UTC (SY10 et MT09).
- Octave, calcul numérique.
- Maxima, calcul symbolique.
- Yacas, calcul symbolique.
Les profs sont au courant mais un peu réticents car Matlab est utilisé en entreprise. Le mail envoyé à Jérome Bastien est ici, tandis que les mails envoyés à M. Jean-Noel Martin sont ici et .
LOxx et autres lccwin32 et d'autres compilateurs non libres sont utilisés GCC contient une foultitude de compilos pour différents langages et notamment C, C++, Java, Fortran (utilisé surtout en GM) et Ada. Le rappeler aux différents profs, par exemple en LO21. Voici un mail envoyé à M. Abder Koukam, qui cherchait un compilateur AdA.
Communication L'UTBM souhaite mettre en place un système de publication électronique en utilisant le logiciel propriétaire WebCT. - Claroline, un projet bien avancé.
- Manhattan, MindDesk, Edventure Course Management System, Fle3 qui sont des projets moins avancés.
Mail envoyé à Jérome Bastien, sur sa demande.